Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).
Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).

Europe : le village gaulois du monde

N’y voyez pas un mauvais jeu de mots avec l’allusion faite sur notre histoire de France par un ancien président sur le retour. Les Celtes sont des envahisseurs venus de lointaines contrées orientales et ont assimilé les populations locales de l’ouest européen (une idée d’Europe avant l’heure !). Une partie de ces peuples firent partie des territoires conquis par Jules César dans les limites plus ou moins grossières de la France actuelle. César leur donna le nom générique de gaulois. La culture celtique était particulièrement riche et raffinée, bien loin de l’image donnée par les livres d’histoire de notre enfance, mais ceci est un autre débat.

 

L’image des gaulois querelleurs et batailleurs a la peau dure et sert bien l’idée d’une Europe divisée et incapable de se fédérer, ce qui est tout aussi inexact que la fausse histoire des gaulois ripailleurs.

Certes, tout n’est pas de miel au sein de l’Europe communautaire. Les enjeux sont si considérables qu’une telle construction ne peut aboutir que sur un temps long, inadapté à nos aspirations immédiates. Les impatiences des peuples aiguillonnées par l’intérêt court termiste de personnalités politiques parvenues mettent à mal la confiance accordée aux institutions européennes. Même très imparfaite, il vaut mieux une Europe en jachère que pas d’Europe du tout.

A force de ne plus croire en l’Europe, elle pourrait bien disparaître comme ces organes qui se dissolvent car n’étant plus d’aucune utilité aux desseins de l’évolution.

Le rêve d’Europe existe toujours pour de nombreux  peuples, apparemment plus nombreux chez les non européens qu’à l’intérieur de ses frontières ! Tous les jours les médias se font l’écho de populations fuyant leur pays d’origine pour se réfugier chez nous, à l’image des réfugiés des Ardennes que nous accueillîmes en d’autres temps.

Nos modes de vie sont toujours enviés partout dans le monde, à la fois pour le confort (si, si !) dont nous jouissons mais aussi (et surtout) pour nos valeurs de tolérance, de respect, d’accueil. J’entends dire qu’Europe n’est pas synonyme d’Eldorado, que migrants et réfugiés n’auraient rien de bon à y trouver, j’entends aussi les nombreux témoignages des touristes revenant de leur voyage et affirmant sans contradiction aucune : « on n’est quand même mieux chez nous » !!! Ces « étrangers » ont plus à nous offrir que nous à leur proposer mais ils viennent quand même !

L’Europe n’est pas le problème, elle est la solution à de nombreux maux. Il faut l’améliorer bien sur, elle a grand besoin d’être reconstruite et ses institutions  remises à jour, changer de système d’exploitation dans tous les sens du terme.

Les politiques démagogiques prônées par les nationalismes qui se développent ici et là sont à courtes vue et ne servent que leurs initiateurs, regardez ce que le 20ème siècle a produit pendant sa première moitié, puis comparez à la prospérité, la stabilité économique et sociale de la seconde moitié.

Et réagissez !

 

 

Thierry Couillaud.
lundi 31 octobre 2016.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Bridges § Warriors
La plume et l'épée