Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).
Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).

De l'(in)utilité des élus

Le directeur des services s’en est allé vers d’autres destinées et son remplaçant ne sera en poste qu’à partir de début novembre. M Robert nous a donc quitté au bout de 8 ans, son travail soigneux et précis se percevait dans toutes les facettes de sa fonction.

C’est ainsi que les comptes rendus des réunions du conseil municipal reprenaient scrupuleusement la teneur des délibérations et des interventions orales des conseillers, enfin d’une petite partie des conseillers, beaucoup ne semblant être présents que pour atteindre le quorum !

 

Entre temps donc, plus de 6 mois se sont écoulés sans que ce travail exhaustif soit réalisé. Les comptes rendus des réunions de conseil se sont réduits à la portion congrue, et si aucun mareuillais ne prenait la peine d’assister à ces conseils, nous ne saurions tout simplement pas que les comptes rendus ne sont pas censés faire l’historique des prises de parole des conseillers : seules les délibérations à l’ordre du jour doivent obligatoirement faire l’objet d’un rédactionnel.

Le droit à la parole n’est heureusement pas bafoué mais cette parole est finalement vouée à être dissoute et emportée par le vent, l’expression des uns et des autres n’étant pas vraiment prise en considération.

Ajoutons à cela un manque de circulation de l’information comme le délai de communication du contenu des réunions du conseil, trop court pour préparer une éventuelle contre proposition. Soyons au moins rassurés sur le travail réalisé par les conseillers pendant les réunions en commission, la démocratie participative joue à plein à l’occasion de ces moments privilégiés d’échanges.

C’est un mode de management totalement dépassé mais qui fonctionne dans nos campagnes, où personne ne se demande comment çà marche tant que cela marche. Les apparences sont sauves et auto entretiennent la pérennité du système.

 

Les exemples de conservatisme en matière de politique sont légion dans notre pays : c’est ce qui explique en grande partie le désamour des français pour ses représentants et ses institutions.

Mais il ne faut pas s’y tromper : à ne pas accompagner les mutations profondes qui vont de toutes façons transformer nos sociétés, on risque de favoriser l’émergence de forces contraires et non souhaitées.

 

 

Thierry Couillaud.
Dimanche 9 octobre 2016.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Bridges § Warriors
La plume et l'épée