Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).
Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).

Quels choix ?

Dans une semaine, nous retournerons aux urnes pour choisir nos conseillers départementaux (ex conseillers généraux). Mais de quel choix s'agit 'il ? Est 'il seulement possible de choisir tant l'offre est peu diversifiée, les promesses si calquées sur des programmes quasi identiques, à l'image de qui se passe au niveau national ?
Le canton, à plus forte raison depuis sa nouvelle dimension avec la réforme territoriale, demeure un test politique grandeur nature. C'est la plus petite échelle (en tout cas dans nos régions rurales) du découpage partisan français. Si la commune et l'intercommunalité peuvent faire dans une bonne mesure (et pour peu que les élus soient ouverts au gouverner ensemble) abstraction des divergences de sensibilité politiques, le canton passe à une tout autre échelle qui oblige tout prétendant à se ranger sous quelqu'une des bannières accréditées.

 

Et donc, que nous propose la mouture 2015 à cette date du 15 mars, à 7 jours du premier tour de scrutin ?

  • Les candidats de la majorité départementale : Marcel Gauducheau et Brigitte Hybert. Bien que "n'adhérant à aucun parti politique" (*), il n'y a pas d'ambiguïté sur leur orientation, de par le terme "majorité départementale" (pouvant d'ailleurs induire en erreur les électeurs). La liste de leurs soutiens et même la couleur bleue de leur profession de foi disent leurs convictions.
  • Les candidats du Front National : José Feray et Michelle Mercier. Leur 8 pages ne traite du département que sur une demie page (dont la moitié est une illustration) et le canton est totalement escamoté. Il ne semble pas qu'un quelconque espoir puisse venir de ce côté.
  • Enfin il y a (ou plutôt n'y a pas) tout le reste : à ce jour aucun autre binôme n'a daigné soulever le couvercle de nos boîtes à lettres, ce qui n'est guère rassurant quant à leurs motivations. Ce n'est pas en tractant tous azimuts au dernier moment que les électeurs seront pris d'une recherche d'informations sur ces professions de foi tardivement distribuées.

 

 C'est un piétre choix que nous avons là. L'absence de diversité vient peut être aussi des choix faits lors d'élections pour lesquelles les enjeux semblent moins importants, comme les élections municipales. Mandat après mandat, des élus s'élèvent dans la hiérarchie des représentations publiques, franchissant tous les niveaux et verrouillant chaque strate territoriale (l'expression "occuper le terrain" prend tout son sens). Il devient alors difficile pour d'autres pousses, même prometteuses, de croître sans lumière.

 

La boucle est bouclée : c'est bien l'électeur qui a le pouvoir de redistribuer les cartes. La situation de notre pays, notre départemant et nos communes ne dépend que de nous. Ne nous plaignons pas à outrance sur les vicissitudes de nos vies, elles ne proviennent que des choix que nous faisons... ou pas.

 

 

Thierry Couillaud
Dimanche 15 mars 2015.

(*) N.D.A. : citation de la profession de foi des candidats.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Bridges § Warriors
La plume et l'épée