Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).
Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde (Mahatma Gandhi).

Crises de confiances

Confiance : dans le dictionnaire, 1) fait de croire fortement, 2) impression de sécurité envers une personne à qui l’on se remet, 3) vote d’approbation de l’assemblée envers le gouvernement.

Pour ce qui est de croire fortement, beaucoup ne croient plus en rien ou plutôt croient fermement que les affaires du monde partent à vau l’eau : corruption, lobbying, malversations et fraudes en tous genres, impunités multiples et à tous les échelons de la société, injustices diverses et variées, le choix est vaste pour qui n’éprouve pas d’empathie vis-à-vis  de ses compatriotes.

Pour l’impression de sécurité, les évènements de ces dernières années ont largement contribué à converger vers un sentiment de précarité matérielle et professionnelle, d’incertitude pour notre intégrité physique (accès aux soins dégradé, insécurité dans les espaces publics, éducation et orientations scolaires déstabilisées), de doutes au regard des moyens de surveillance généralisée mis en place, de crainte dans le rendu de la justice (longueur des procédures, décisions inappropriées voire pas appliquées).

Pour la question de confiance au gouvernement, si celle qui engage l’assemblée nationale dépasse le cadre de notre connaissance de la chose politique, celle qui inspire le peuple français sur sa perception des agissements de la classe (caste) politique fait office de repoussoir au fil de l’usure du temps. La Vème République se délite et la confiance dans ses institutions s’étiole : un état de délabrement particulièrement dangereux pour le devenir de notre pays.

 

La fracture sociale de Jacques Chirac porte bien son nom car le ressentiment général qui perdure et enfle au fil des changements de gouvernement s’apparente réellement à une cassure. Les sujets de contestation sont si nombreux qu’il en sort de nouveaux quotidiennement. La loi travail semble cristalliser toute cette haine contenue contre tout et n’importe quoi : au moment où j’écris la plupart des gens ne doivent plus savoir ce que contient cette loi, mais elle sert de prétexte à tous les emportements. C’est ce signe dont doivent tenir compte nos élus car ils sont peut être les prémices d’un bouillonnement dévastateur, et ce d’autant plus que les décisions traînent. L’absence d’autorité est interprétée comme le feu vert pour se livrer à n’importe qu’elle exaction.

La perte de la confiance entraîne la perte de l’espoir, et à partir de ce moment, rien ne va plus… En perte de repères nous ne sommes qu’un troupeau désorienté. Il en va jusqu’aux campagnes, habituellement plus tempérées, qui voient les doutes s’installer avec la réforme des territoires en cours de construction sans qu’on sache ce qui en sortira, sans communication régulière sur les avancées et les phases de réalisation.

 

Ne sommes-nous qu’une poignée à rester lucides ? Ainsi que le disais Margaret Mead, célèbre anthropologue humaniste : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. Historiquement, c’est toujours de cette façon que le changement s’est produit ». 

 

 

 

Thierry Couillaud.
Dimanche 22 mai 2016.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Bridges § Warriors
La plume et l'épée